logo_cv2

6 erreurs fréquentes se retrouvant sur votre CV et comment les corriger

 

Ce n’est pas la fin du monde si votre CV contient une erreur ou deux. Après tout, l’erreur est humaine, n’est-ce pas?

Non, ce n’est pas la fin du monde… c’est simplement que cela peut signifier la fin de votre candidature. En effet, pourquoi devrait-on vous embaucher et vous permettre de reproduire des erreurs de ce genre quand il est si facile de passer au CV suivant?

Pour demeurer dans la course, jetez un coup d’œil sur six des erreurs que les recruteurs rencontrent le plus souvent dans les CV et la manière de les corriger :

Les fautes

Les accords, l’orthographe, la ponctuation, tout doit être impeccable. C’est ce qui est le plus difficile à corriger, car si votre CV contient des erreurs, c’est probablement parce qu’à force de le lire, vous ne les voyez plus. Aux yeux des recruteurs, vous passez toutefois pour quelqu’un qui ne se soucie pas des détails.

Solution : Faire réviser votre CV par une tierce personne.

La longueur

Pour Laszlo Bock, vice-président aux opérations chez Google qui voit des dizaines de milliers de CV défiler, « si votre CV comprend plus de deux pages, c’est que vous vous y prenez mal ». Soyons gentil et, selon plusieurs spécialistes du recrutement, votre CV peut comprendre jusqu’à trois pages. Passé ce seuil, il faut couper!

Solution : Mettre l’accent sur les faits saillants de votre carrière et vous concentrer sur vos 10 à 15 dernières années d’expérience.

L’illisibilité

Que vous vouliez produire le CV le plus artistique possible est tout à votre honneur, mais à trop vouloir en faire, vous risquez de le rendre davantage illisible qu’attrayant.

Solution : Des marges d’au moins un demi-pouce, un espacement uniforme, une police de caractère d’au moins 10 points et le tout noir sur blanc s’il vous plaît!

Le dévoilement d’informations confidentielles

Si vous révélez les informations confidentielles de votre ancien employeur, le recruteur ne doutera pas un seul instant que vous serez prêt à le faire à nouveau lorsque vous quitterez votre emploi.

Solution : Demandez-vous si vous seriez prêt à laisser votre ancien employeur examiner votre CV. Si vous êtes réticent, il est impératif de retirer ce qui cloche.

La modestie

N’oubliez pas que vous êtes en concurrence avec des dizaines, voire des centaines de candidats, alors laissez de côté la modestie qui ne peut que vous nuire.

Solution : N’hésitez pas à mettre l’emphase sur vos réalisations et détaillez-les autant que possible. Par exemple, plutôt que : « J’ai été promu à la suite de mon succès comme vendeur », écrivez : « J’ai obtenu le poste de directeur associé après avoir contribué à hausser les ventes de 27% ».

Les mensonges

Ne pas être trop modeste ne signifie pas non plus de se vanter au point de mentir. À l’heure où on peut à peu près savoir tout de vous en jetant un coup d’œil sur Facebook, Linkedin et en téléphonant à votre ancien employeur ou en effectuant une vérification de votre diplôme auprès de l’institution scolaire, il vaut mieux faire preuve de prudence.

Solution : Ne mentez pas. Rien de plus simple non?

Laisser un commentaire